jeudi 23 août 2007

Rentrée… de vacances


Impressions et surimpressions de vacances.

Un départ mouvementé dans un TGV bondé où un Monsieur émettait des "chuuuuuuuuuut" courroucés et fronçait les sourcils chaque fois que je me retournais vers lui. Nous sommes bien arrivés dans le sud de la France là où le beau temps était sensé régner. Malchance, après avoir quitté les pluies glaciales de la RP (région parisienne), je me suis rendue compte que le temps faisait également la tronche dans la banlieue de Montpellier. Disons qu'il était maussade sans pléonasme.

Baignades en piscine, ballade en poney, visite aux animaux de la ferme : bouc, biquettes, cheval Fjord venu grappiller une timide pitance au-dessus de la barrière électrifiée et ce paon moqueur qui nous a dédaigneusement tourné le dos en perdant une magnifique plume. Des siestes en pagaille, le nid des hirondelles, les amandes à ramasser et à casser au marteau, les figues que Nono mange au fur et à mesure… Et beaucoup de mauvais temps.

Enfin le retour du soleil et première escapade en montagne. Déjeuner sous les oliviers, cueillette de lavande sauvage, bourdonnement épais des abeilles. Nous avons continué jusqu'à la source de la Buèges. Quelles magnifiques couleurs. La source forme un petit lac avant de se transformer en ru. On aurait dit un lagon miniature auréolé d'un dais d'émeraude sous des saules et des pins parasols. Dommage que mon appareil photo ne marchait pas. Tout était calme, profond et transparent. Trempette de petits pieds et on repart le long de la Buèges pour descendre entre les rochers se baigner. L'eau est délicieusement glacée car à cette hauteur, le soleil brûle. Nouvelle surimpression limpide, les libellules bleues rasent une eau cristalline. Magie du silence brisé par des rires et des éclats d'eau.

Cap sur les PO (Pyrénées Orientales). Le soleil, la plage, le sable granuleux de Sainte –Marie qui gratte et qui pique. Enfin la chaleur et le vrai beau. La maison est sympa mais le clic-clac est un vrai tape-cul pour parler comme Zitouna. Au programme, petit-déjeuner avec le miel des ruches de Bernard (miel de melon) et la confiture d'abricot maison de Marie-Laure. Baignade et bronzette, entreprises de construction de châteaux avec piscine mais le sable de Sainte-Marie ne s'y prête pas. Crêpes. Sardane. Soirée Carabéenne. Pluie et plage au crépuscule dans le vent et le froid. Dîner au Pica Pica. Toujours les siestes. Anna Gavalda. Escapades à Perpignan. SMS. Première course seule en voiture pour acheter du lait. Deux demi-tour car j'ai raté deux fois l'embranchement, j'ai tapé dans le mur en me garant et en repartant, je me suis aperçue que j'avais oublié de mettre le frein à main. Visite à la réserve africaine de Sigean, un peu funèbre ce cortège de voitures roulant au pas, mais je n'avais jamais vu une autruche d'aussi près.

Nager, nager, beaucoup nager et le plus loin possible, S'asseoir sur le sable et écouter les vagues dans la nuit.

Entrée en Espagne, une heure de bouchon. L'aire de la Jonquera. La tieta ressort les vieilles photos qu'elle ne voit plus très bien mais qu'elle connaît par cœur, et elle raconte, la guerre d'Espagne, les voyages en France, son frère, beaucoup son frère, et ses enfants. L'huile d'olive du village, l'odeur du cochon, les vieilles rues, le palais qui a abrité la garde franquiste. La vieille chanson de Spandau Ballet.

Belle du Seigneur, Marché nocturne. Pique-nique au bord de la route sur un épais tapis d'aiguilles de pins fanées. Vue sur les vignes. Béziers, la cité, le passé qui revient. Latence.

Et retour.


in : My life

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget