jeudi 22 novembre 2007

Hommage et tristesse

Il s'en va alors qu'il fait grand soleil sur Paris.

Maurice Béjart, c'est cet entêtant Boléro de Ravel dansé par Jorge Donn, Les Uns et les Autres de Claude Lelouch.

Moitié-homme, moitié animal, instinctif, terriblement intelligent et terriblement humain. Son amour des hommes et des corps l'a jeté dans la danse qu'il a pratiqué avec passion, avec rage, avec force, conviction et détermination. Presque militantisme.

Il était beau.


newchatter

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget