mercredi 27 août 2008

Marina Petrella libre... pas tout à fait

Photo bellaciao.org

Libre dans son corps, depuis le 5 août 2008, libre de consentir à se soigner, mais pas encore libre dans sa tête. Après la décision de la cour d'appel de Versailles de la remettre en liberté sous contrôle judiciaire, Marina Petrella demeure sous la menace du décret d'extradition signé en juin par François Fillon.

"En optant pour ce geste humanitaire, les plus hautes autorités de l'Etat ont manifesté une volonté d'apaisement certaine qui ouvre aujourd'hui à Mme Petrella la voie de l'espoir", ont affirmé l'avocate de Marina Petrella, Me Terrel, et le Professeur Rouillon, chef de service à l'hôpital Sainte-Anne à Paris qui a témoigné de la gravité de son état de santé.

L'extradition de Marina Petrella signifierait le dénigrement des quinze années qu'elle a passées en France à reconstruire sa vie et à se mettre au service des autres en devenant assistante sociale à Argenteuil, leur réduction pure et simple à l'inutilité.

L'extradition de Marina Petrella signifierait le refus du pardon, et surtout le refus de son repentir.

L'extradition de Marina Petrella signifierait la négation des huit années de prison qu'elle a déjà effectuées en Italie et l'enfermement à perpétuité.

"(...) Marina qui a déjà passé huit ans derrière les barreaux en Italie et onze mois en France s’est vu refuser une confusion des peines. Donc, une fois en Italie, elle devra recommencer sa peine depuis le commencement jusqu’à perpétuité. De zéro à l’infini. Selon les lois en vigueur et puisqu’elle a été condamnée à la perpétuité, elle devra attendre dix ans avant d’envisager de déposer une demande de permission de 45 jours par an. Habituellement, elles sont accordées quelques années après, soit vers la quinzième année. Le régime de semi-liberté ne peut être demandé qu’après la vingtième année. Pour cette femme de 54 ans, mère de deux enfants, c’est pratiquement une condamnation à mort" , explique Paolo Persiquetti*. Cet ancien brigadiste réfugié en France et extradé vers l'Italie en 2002, bénéficie depuis le 31 mai 2008 d'un régime de semi-liberté.

Le comité de soutien à Marina Petrella continue la mobilisation pour l'abrogation du décret d'extradition. Jeudi 28 août à 18h30, un nouveau rassemblement est prévu au parvis du Beaubourg (sous le gros pot de fleurs), Centre Georges Pompidou, métro Rambuteau, comme tous les jeudi depuis le mois de juin, pour réclamer l’application de la clause humanitaire. Cette clause comporte l’annulation du décret d’extradition qui menace Marina Petrella de l'oubli à perpétuité.

Pour en savoir plus : Parole donnée et Bellaciao

Entretien paru sur Médiapart du 17 juillet 2008

3 commentaires:

Emmanuel a dit…

Merci de ce billet très sensible. Je partage dans mes coups de coeur.

Olivia (à Paris) a dit…

Pareil, très beau/bon billet..En espérant que la France respecte ses promesses...

Angelina a dit…

Merci à tous les deux.

Olivia à Paris, quel plaisir de t'accueillir à la maison. Je suis une fan secrète de ton blog. Bienvenue !

Une erreur est survenue dans ce gadget