mercredi 1 octobre 2008

Le concept du tag volontaire

Le principe du tag a un côté bon enfant qui me ravit. Expression de l'interconnexion, application de la sociabilité en réseau virtuelle, il est à la fois très puéril mais peut se vivre comme une marque d'attention, d'affection et d'intérêt, ce qui n'est pas le moins dans le monde d'indifférence, d'égocentrisme et de narcissisme à l'excès que nous vivons aujourd'hui.


Toutefois, le tag peut se retourner facilement contre vous. Quand son principe n'est pas très drôle tout d'abord, pire, lorsqu'il est contraignant. Non seulement vous vous contraignez à faire quelque chose de peu amusant, qui peut être vécu comme une corvée, mais en plus vous contraignez quelqu'un, qu'en principe vous aimez bien à faire la même chose. Cette tâche contraignante étant appelée à se démultiplier à l'infini dans la blogosphère puisque c'est le principe du tag, vous devenez alors le véhicule d'un truc pas drôle.


A partir de là, deux écueils : soit vous refusez d'être un véhicule au risque de vexer la personne qui vous a tagué, soit vous devenez ce véhicule au risque de passer pour quelqu'un de pas drôle, de rébarbatif aux yeux des personnes que vous taguez et de leur public.


Si vous tapez 2, la vexation suprême est de découvrir que votre tag n'a pas été repris par la ou les personnes (blogonautes, webmasters...) que vous avez élues et choisies de faire découvrir à votre public à vous.


Finalement, on a tout à perdre à ce petit jeu social.


Depuis quelques temps, je vois circuler un tag sympa sur la littérature, et moi qui ait déjà été taguée deux fois (mais oui... merci à Hélèle et Amélie au passage, sans qui je n'aurais pas l'impression d'exister), je me disais que c'était bien le tag le plus sympa que j'aie vu circuler. Et je ne vais pas dire que j'attendais fébrilement que quelqu'un me l'envoit, car au fond je m'en fiche, mais bon, tant qu'à faire, on préfère faire des trucs sympas que rébarbatifs...


Et voilà et plus encore. Je n'ai pas été taguée, je me tague volontairement grâce au concept super néo-tendance de Frédérique qui a inventé le tag volontaire. Une visionnaire.


J'adore son idée. J'aurais répondu de toute façon si on m'avait taguée directement, mais dans ces conditions, c'est trop le kif...

Indiquer le nom de la personne qui vous a taggé avec un lien vers son blog :
Le blog officiel de Frédérique Corre Montagu (http://frederiquecorremontagu.typepad.com/mamanparesseuse/)

Prendre le livre que l'on lit actuellement (ou que l'on préfère) et l'ouvrir à la page 123 :
Le problème du livre qu'on lit actuellement, c'est que l'on en est pas forcément déjà à la page 123. En l'occurence, ça le fait.

Page 123, recopier le texte de la 5ème phrase et des trois suivantes :

"J'ai retrouvé dans les archives la plupart des devis des peintres et
architectes français qui travaillèrent non seulement pour les ducs de
Lautenbourg et de Detmold, mais aussi pour ceux de Lünebourg-Celle et pour les
électeurs de Hanovre. Ernout a sculpté la plupart des groupes en marbre des
jardins. Gourvil, élève de La Quintinie, les a dessinés."

J'ai déjà remarqué que la 5ème phrase et les suivantes des pages 123 des romans étaient rarement intéressantes. Ce tag ressemble à une vaste conspiration.



Indiquer l'année de parution, l'édition, l'auteur et le titre du livre :
1934 - Le Livre de Poche - Pierre Benoit - Koenigsmark



Appliquer et diffuser le principe du tag volontaire de Frédérique :
Le principe est simple : si vous voulez prendre la suite, dites-le moi en commentaire. Je rajouterai le lien vers votre blog. Merci d'avance.

2 commentaires:

Jeune maman et paresseuse a dit…

Merci pour le "visionnaire". J'aurais plutôt dit "paresseuse", mais "visionnaire" me va très bien !

Angelina a dit…

;)

Une erreur est survenue dans ce gadget