mercredi 12 novembre 2008

Un Bond de retard


Ils avaient frappé très fort avec un Casino Royale à l'intrigue et aux personnages complexes à souhait, une problématique tout à fait inattendue, James Bond tombait amoureux. Ils promettaient de renouveler le genre, le personnage, la série. Tout en gardant la distance, la smartitude, le glamour fou, l'attrait du sexe, ils avaient réussi à perfuser le mammouth cinématographique de grosses poches de fraîcheur, de plaisir et de grinçant. Bond... James Bond renouait avec la grande tradition Connerynienne tout en sachant s'en démarquer avec brio, avec beaucoup de britishitude et une classe folle dans le choix de leur nouveau spécimen. Ils avaient enfin marqué l'essai qu'ils avaient échoué à transformer avec un Pierce Brosnan obnubilé par l'original de la copie qu'on lui demandait d'être, et surtout en manque cruel de charisme, de recul par rapport à la mission qu'on attendait de lui.

Ah oui, ils avaient fait bien, les producteurs de James Bond. Et pourquoi a-t-il fallu qu'ils pourrissent tout le bon travail avec Quantum of Solace ? Paresse ? Précipitation ? Lassitude ? Personne ne semble s'amuser dans le dernier opus bondien et surtout pas les spectateurs qui ont, dans l'ensemble, l'impression d'avoir été floués au sortir du film.

Cela commence par une poursuite en Aston Martin. Fantastique. On passera avec indulgence sur le montage passé au hachoir, pourtant tant décrié. Cela continue par de superbes images sous les arènes de Sienne puis une poursuite sur les toits de la ville. Au final, on aura le sentiment d'avoir vu des toits... de tuile certes, mais juste des toits. Bref, tout cela pour dire que ça partait mal. On garde les poncifs grotesques qui ont fait la réputation des James Bond et on se tape le coquillard des codes, du bondisme de base en somme.

Alors passons sur le fait le plus ahurissant de ce 22ème opus de Bond au cinéma, à savoir la non relation sexuelle entre le protagoniste principal mâle et le protagoniste principal femelle, puisqu'il était admis que les producteurs faisaient de la rénovation de fond pour ne pas dire du travail de sape, envisageons le fait que Bond, aveuglé par la douleur et l'amour, la soif de vengeance, la souffrance intériorisée, ne soit plus qu'une brute au regard d'acier, sans humour ou si peu, sans morale, sans panache même, osons l'affirmer. Passons également sur le fait que sa James Bond girl est aussi intéressante et mystérieuse qu'une boîte de thon, mis à part le fait qu'elle soit très belle. Oublions donc tous ces petits détails gênants, que reste-t-il ? Un méchant fort fréquentable dans sa catégorie, joué par un Mathieu Amalric qui semble s'amuser et prendre du plaisir à regarder les autres s'enfoncer pendant qu'il nage avec grâce, bien qu'il n'avait pas grand chose à jouer à la base ? Des scènes d'action tonitruantes (oui, on l'a déjà dit) ? Un héros lessivé qui achève de se liquider, pour mieux repartir ? Des codes qui ont volé en éclat pour dynamiter le monument de l'intérieur ? Un clin d'oeil magistral à Goldfinger ? Une relation ambigüe pseudo mère-fils entre une M qui a la bougeotte et son poulain ? ...Oui pourquoi pas ?

Force est de constater, pour ma part en tout cas, que Quantum of Solace a déçu autant que Casino Royale avait enthousiasmé. J'ai également le sentiment que ces mêmes producteurs, qui auront au moins eu le courage de leurs opinions, se mordent un peu les doigts d'avoir bazardé avec autant d'inconséquence l'énigmatique Vesper. Ils aimeraient d'ailleurs bien la faire revenir d'une façon ou d'une autre, mais la très probe Eva Green a énergiquement démenti. Ça aurait achevé de casser le mythe, une James Bond Girl dans deux films de James Bond.

Cela dit, je dis toujours banco pour l'opus 23. J'attends le coup de talon qui fera remonter le célèbre espion au firmament.

6 commentaires:

Olivia (à Paris) a dit…

Ah! James n'a même pas une petite aventure avec la James Bond Girl??? Alors moi je dis, déjà qu'il ne fume plus, si en plus il ne flirte plus, tout se perd!!!

Angelina a dit…

Je te rassure Olivia, il flirte quand même, et pas qu'un peu... ;)

Jordane Thiboust a dit…

Mince je l'ai pas vu, et du coup, je suis pas sur d'avoir envie de le voir, si James Bond ne "consomme" meme plus, ou va le monde !

Angelina a dit…

Mais siiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, il consomme... Mais je peux pas tout dévoiler non plus, sinon demain ne meurt jamais. Woinwoin comme dirait une.

corine a dit…

Il consomme, mais quoi? Avec qui? Pas M j'espere!!! Bon, je vais donc le voir quand meme maintenant qu'il y a de l'espoir.

Angelina a dit…

Haha, je laisse planer un doux suspense...
(mdr)

Une erreur est survenue dans ce gadget