lundi 10 août 2009

Polly

Aujourd'hui, je vous propose de commencer la semaine par un moment de nostalgie, une chanson qui, après le suicide du chanteur de Nirvana, résonne comme un testament, la fin d'une époque, le passage à une autre génération.

Polly a été inspirée par un fait divers où une jeune femme a réussi à échapper à son violeur en le convaincant de la laisser partir. Kurt Cobain chante du point de vue du tortionnaire et semble totalement désabusé. La version unplugged renforce ce sentiment de lâcher-prise, de sombrer dans une mélancolie profonde où soudain plus rien n'aurait d'importance, même plus le mal que l'on fait.

Une erreur est survenue dans ce gadget