lundi 2 juillet 2012

Le Gloomy Monday of the Summer de François

Juillet, qu'il pleuve qu'il vente ou qu'il grêle, c'est l'été. Même si aujourd'hui il fait grand ciel bleu et temps chaud, même si finalement ce septième mois de l'année, estival et vacancier, ne tiendra peut-être pas ses promesses de flotte, de froid glaçant et de grisaille des deux années précédentes, nous n'allons tout de même pas bouder notre plaisir de râler. Alors, oui, on pourrait râler qu'il fait trop chaud, que l'ombre est moins fraîche qu'il y a encore quelques années, réchauffement climatique oblige, que c'est toujours la crise et qu'on va devoir payer la dette des Grecs, qu'il y a toujours autant de monde qui fait la queue pour recharger son Pass Navigo, que Johnny Deep a quitté Vanessa Paradis, que c'est encore l'Espagne qui est championne... Normal pour un Gloomy Monday.

Mais le Gloomy Monday, what is that? Il est temps pour moi de vous rafraîchir la mémoire, lecteurs amnésiques ou sporadiques, si vous ne fréquentez ce haut lieu de joie que from time to time ou de vous affranchir si vous êtes carrément à l'ouest et que vous n'avez jamais entendu parler du Gloomy Monday.

Carte blanche musicale, le Gloomy Monday qui fait écho au Gloomy Sunday de Gainsbourg en début de semaine, se présente sous la forme d'une vidéo musicale et de quelques lignes qui accompagnent, soulignent, expliquent ou ne disent rien. Un moyen de bien commencer la semaine, généralement au bureau, en rythme, en cadence et souvent sous la couette. Tous les étés, le Gloomy Monday prend ses quartiers et se la joue thématique. Après un été revival et cinématographique, après un été en prénoms, après un été from ma discothèque, après un été dans les cartons d'Eric, voici l'été des guests. Cet été, c'est toi qui fait le programme, lecteur improbable. Bien sûr, j'ai sollicité quelques personnalités que j'aime et qui m'aiment pour embellir notre été, mais sache qu'il reste de la place et que tu as encore le temps de devenir, toi aussi, le temps de cet été, un fabuleux invité du Gloomy Monday, tous les lundi en juillet et en août.



Pour bien commencer sous le soleil et pas à côté, c'est François qui ouvre ce Gloomy Monday of the Summer tout en joie et en sueur avec du frais, du drôle, du British et du French... (Bonnes vacances sur Mes petites fables ... demain ça continue !)


La pop, c'est une musique qui participe du quotidien des gens. Ça ne s'écoute pas ça se fredonne. Ça vient généralement d'Angleterre. Ça nous a donné des groupes comme Depeche Mode.

La pop que je préfère, vous l'aurez compris c'est celle ci. Et si elle est de surcroît chantée par des anglais mais en … français alors c'est un peu comme si les portes du paradis s'ouvraient devant moi.


Alors bien sûr la sublime chanson, "comme beaucoup de messieurs", duo chanté par Valérie Lemercier, que je n'apprécie qu'ici, et Neil Hannon, chanteur de Divine Comedy, évoque pour moi les délices de Capoue. Les paroles, "tu citais Boris Vian, Camus. Came who ?", "comme les couverts offerts dans les stations Shell" ou encore "ce genre de type qui suscite chez les filles des émois".


L'équilibre parfait entre des paroles disjonctées, un chanteur irlandais au timbre interloqué et une actrice qui ne se prend pas pour une chanteuse déchire tout.


Attention l'entendre c'est devenir accro, et malheureusement rien, je pèse mes mots, n'est comparable à cette merveille. L'entendre c'est savoir que l'on sera frustré, rien ne pouvant égaler cette pépite qui restera unique à tout jamais.

François Miranda










Pour participer au Gloomy Monday of the Summer, n'hésitez pas à m'envoyer le vôtre à mespetitesfables[at]gmail.com



in: Gloomy monday

2 commentaires:

François Miranda a dit…

Ben non c'est la photo de Barbara Steele.

Angelina a dit…

Chut !

Une erreur est survenue dans ce gadget