mardi 2 septembre 2008

Pour une alternative à gauche from Pierre

Plusieurs milliers de citoyens d’horizons divers se mobilisent avec le magazine Politis pour la création d’un cadre permanent à l’intérieur duquel les forces de la gauche sociale et écologiste pourraient mener le débat.


Pour expliquer ce qu'est l'appel de Politis, permettez-moi de rappeler des éléments du contexte politique dans lequel nous nous trouvions au moment où l'hebdomadaire publiait cet appel.

Cet appel, donc, intervient à une période qui pourrait se caractériser par trois données :

1- Une accélération, sans précédent, des politiques capitaliste et productiviste à l'échelle planétaire qui détruisent les conquêtes sociales, bouleversent et recomposent les équilibres sociaux, pillent les ressources naturelles et mettent en danger les équilibres écologiques.

Trois exemples pour illustrer les conséquences de ces politiques :

- La destruction des services publics, en France et en Europe, qui casse l'organisation solidaire de notre construction sociale ;

- La flambée des prix des produits agricoles et les émeutes de la faim, en Egypte, en Haïti, provoquées entre autres par les mouvements financier spéculatifs ;

- La crise du pétrole qui, enrichissant le uns et appauvissant les autres, est aussi une crise écologique et met en évidence les dysfonctionnements de notre modèle de développement.

2- Les fortes mobilisations sociales et populaires de ces dernières années. Des grèves et manifestations contre le plan Juppé de 1995 jusqu'aux mobilisations de ce printemps de 2008 pour un service public d'éducation de qualité, pour la défense de l'emploi et de l'industrie à Grandange*, pour un système de retraite juste et solidaire, toutes attestent des oppositions et des résistances à une politique offensive de privatisation des biens communs, de mise en concurrence généralisée des entreprises et des travailleurs comme l'institue, à l'échelle de l'Europe, le dernier arrêt de la Cour de Justice Européenne, l'arrêt Rüffert** qui tire vers le bas les droits sociaux des pays membres.

De fortes mobilisations donc, mais sans perspectives de débouchés politiques persistants et crédibles.

3- Une gauche de transformation sociale et écologique qui ne prend pas l'espace aujourd'hui en jachère de contestation des politiques libérales et d'offre d'alternative et nouvelle. Cette gauche serait la traduction politique des mobilisations populaires. Entre un appareil, une direction du parti socialiste qui tait de moins en moins son ralliement à une variante du libéralisme dominant, et une gauche de transformations affaiblie, émiettée, éparpillée voire concurrente, la droite la plus vorace déploie, non sans contradiction, ses contre-réformes anti-sociales.

Pour autant des expériences de luttes et de constructions politiques montrent qu'il peut y avoir des mobilisations victorieuses et des offres d'alternatives qui rencontrent un fort écho parmi la population.

Encore faut-il pouvoir, comme le conclut l'appel de Politis, construire un cadre permanent qui nous permette, ensemble de réfléchir aux moyens d'une vraie réponse politique aux attaques de la droite et du MEDEF.


* Acieries en partie fermées par Mittal au printemps 2008
** Entreprise allemande qui a employé des ouvriers polonais en alignant leurs salaires sur la marché polonais.

1 commentaire:

Olivia (à Paris) a dit…

ça m'interesse, même beaucoup, merci beaucoup pour ce lien, que je vais lire très attentivement. Restons vigilant!

Une erreur est survenue dans ce gadget