lundi 25 mai 2009

Cannes de mon petit chez moi : le syndrome de l'imposture

Syndrome gagnant

Loin de moi l'idée de discuter ou remettre en question le palmarès de 62ème festival de Cannes, car après tout, ce n'est qu'un palmarès, reflétant les goûts, les humeurs, les débats de 9 personnes à un instant I, membres d'un même jury. Cela dit, j'ai beaucoup aimé la réflexion de Jacques Audiard sur son sentiment d'imposture, voire de malaise, à recevoir seul un prix pour "son" film quand un film, c'est d'abord une équipe qui écrit, puis une équipe qui réalise. Le petit mot de Charlotte Gainsbourg lors de ses remerciements m'a également fait tilt lorsqu'elle a déclaré avoir "gagné" le prix d'interprétation féminine. Enfin, je me souviens que Tarantino avait absolument tenu à ce que son film, Inglorious basterds, soit sélectionné alors qu'il n'était même pas terminé, s'auto-sélectionnant en quelque sorte pour la compétition.

Car l'idée-même qu'il puisse y avoir une compétition entre des films traitant de sujets différents et réalisés dans des pays parfois très éloignés les uns des autres me semble tout à coup extraordinaire. Et qu'il y ait des gens pour l'accepter et la valider, marquant à jamais du sceau de "Palme d'or" un film par an, me semble encore plus incroyable. Comment décider qu'une actrice est meilleure qu'une autre, qu'un film sur une vingtaine est le meilleur, qu'il saura résister au temps, à la vieillesse, épreuve du feu pour le cinéma ? Plutôt que le terme "gagner", j'aurais préféré que Charlotte Gainsbourg employât le mot "recevoir", mais je mets cela sur le compte de l'émotion tant cette actrice, et de loin une des rares, nous donne l'impression de n'être en compétition qu'avec qu'elle-même.

Cela dit, elle est tout de même gonflée la Huppert. Et même, pas gênée. Non contente d'évincer la pauvre Adjani et de la condamner à remettre la Caméra d'or quand elle était attendue pour décerner la Palme d'or, non contente de surcroît de prendre sa place et de décerner elle-même, ce qui ne se fait pas, la Palme d'or de son jury, elle la décerne à Michael Haneke. Personnellement, je n'ai rien ou très peu contre Michael Haneke. Il a le mérite d'être lui-même et de réussir à toucher un grand nombre de gens. Dont la fameuse Isabelle H. qui, semble-t-il, est restée envoûtée par son expérience d'actrice de Michael Haneke dans La Pianiste. Enfin, les rumeurs indiquant que la Présidente tenait son jury d'une main de fer, puis que le palmarès serait d'abord le sien se trouvent tout à coup étrangement corroborées.

Cependant, après m'être follement amusée pendant cette dizaine de jours à Cannes, après avoir vibré et vous avoir fait vibrer, je préfère ravaler mon venin et ne voir dans cette remise de palme, dans cette embrassade d'une grande actrice pour un metteur en scène, auteur exigeant, dérangeant, n'y voir qu'un beau moment de cinéma, une belle émotion professionnelle, peut-être un grand épisode de l'histoire du festival de Cannes.

Pas vu Le ruban blanc, comme aucun des films présentés à Cannes d'ailleurs, mais le film semble visuellement beau et traiter d'un sujet fort, qui n'est pas sans me rappeler Les désarrois de l'élève Törless. Et encore une fois, Cannes fait fort, car personnellement Haneke, je ne l'ai pas vu venir. Et vous ?

A part cela, grâcieuse Gainsbourg. élégant Alain Resnais, attendu et très applaudi Jacques Audiard, effarant Edouard Baer, nasillarde Anna Mouglalis, impériale et bonne joueuse Isabelle A. Que restera-t-il de Cannes 2009 ? 11 merveilleux billets sur Mes petites fables, Brangelina sur la Croisette, Sean Penn qui ne divorce toujours pas, pas de films africains et pas trop des pays de l'Est non plus, Eric Cantona, des actrices qui sont là car elles le valent bien, Johnny n'est toujours pas un acteur mais il est toujours terrible, Mariah Carey n'est peut-être pas aussi bête qu'elle en a l'air, Penelope est définitivement l'actrice d'Almodovar, vivement Fish Tank...





Ça potine pas mal à Cannes

J'ai trouvé la source qui coule en abondance, qui ne tarit jamais d'humour, qui offre toujours de la friture à se mettre sous la dent et qui me permet de potiner sur Cannes comme si j'y étais. Morceaux choisis du twitter de InsideCannes pour tout mais tout savoir sur les stars à Cannes avant et pendant le palmarès (et même les jours d'avant).

- Paraît qu'il y a eu crêpage de chignon entre Isabelle Huppert et Asia Argento dans le jury...

- Haneke est la: un grand sourire palmé (non haneke qui sourit, on plaisante)

-
James Gray fait-il la gueule?

-
Yvan Attal ne rit pas a la logorrhee de Baer. Haneke sourit.

-
Adjani fait sa promo pour La Journee de la jupe : grotesque !!!

-
Les langueurs de diva d'Isadj font rire tout le monde

-
pas encore primés, Audiard et Haneke. Mais dans quel ordre pour la Palme et le Grand prix ?

-
Baer n'a rien compris a ce que demandait Resnais...

-
Haneke est "heureuse".

- Charlotte gainsbourg boit du champ' pour fêter son prix. Elle trinque avec yvan attal.

-
Tarantino n'est pas venu à la cérémonie, il est a la pizzeria du port.



Et pour clore la série des "bons moments" de l'histoire du festival de Cannes, voici le bon moment de la cuvée 2009 que vous serez condamnés à voir et revoir et revoir dans l'émission d'Arthur sur la une pendant des années et des années et des années.


A l'année prochaine !

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget