jeudi 28 mai 2009

Quand l'UMP fait des crêpes

Un congé maladie ou maternité travaillé, pour gagner plus ou pour empêcher les intérimaires de se caser ? Il y aurait de quoi se poser la question suite à cette nouvelle offensive ultra-libérale et capitaliste à mort de l'UMP. Car en temps de crise, à l'heure des suppressions d'emploi en masse, d'une prévision de hausse du chômage de plus de 600 000 demandeurs d'emploi d'ici la fin de l'année, quand il faudrait partager le travail et donc réduire le temps de travail de chacun, la locomotive UMP continue sur sa lancée du plus pour plus qui s'est jusqu'à maintenant montrée tout à fait inefficace.

Parce que ma foi, si vous n'avez que 40 de fièvre, ou juste des migraines qui vous clouent au lit, ou une gastro bien carabinée, ou juste un bide qui vous empêche de vous curer les doigts de pied ou un gnard de quelques semaines qui hurle dès que vous le posez, ben on va dire que vous remplissez toutes les conditions pour du télé-travail.

Certes la proposition est cocasse. A tel point que Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, tombant de le panneau, propose de faire travailler les morts. On pourrait même lancer un petit concours des meilleures propositions de qui faire travailler pour travailler encore plus et ainsi continuer à faire mousser Monsieur Lefebvre qui n'attend que ça.

Je ne dis pas qu'il n'aurait pas fallu réagir. M'enfin. Le porte-parole de l'UMP, même si ça peut être une tare, n'est pas totalement stupide, ni candide. Il s'attendait bien au tollé qu'il a reçu. Le fait est que cette saillie politique et sociale fait partie d'un savant plan de communication en vue d'un tout nouveau projet de lavage de cerveau à long terme.

Admirez la stratégie : l'UMP propose, le gouvernement dispose... en repoussant la proposition d'un geste indigné par la voix d'une ministre enceinte jusqu'au menton. Ouf ! On est rassuré. Le gouvernement est social à donf sur ce coup-là.

En effet nous sommes en temps de crise et la proposition de l'épouvantail Lefebvre ne pouvait pas tomber plus mal ni sembler plus incongrue. Allez, on remballe et on oublie... Sauf que non... Tout le monde n'oubliera pas. Vous et moi, sûrement. Les sarkozistes sûrement pas.

Tout comme la proposition de travailler le dimanche, celle de travailler lors d'un congé maladie reviendra en son temps. Elle deviendra un marronnier que l'on prend l'habitude de voir dans le paysage. Avec le temps, elle ne fera plus sourire et il y aura même des gens pour s'indigner qu'il y en ait qu'on paye à rester au lit ou à babiller avec un nouveau-né.

Moi j'appelle ça la théorie de la première crêpe. La première crêpe est toujours ratée et finit à la poubelle. Mais on se délecte souvent des suivantes.

Redoutable.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget