vendredi 17 juillet 2009

Lundi 13 juillet

Le 13 juillet, c'est le bal des pompiers, éventuellement le feu d'artifice et certainement beaucoup de pétards malgré les arrêtés préfectoraux qui fleurissent ça et là en Ile-de-France pour les interdire spécifiquement ce soir-là.

Cette année, la fête a battu son plein à Montreuil. Plus que pétards et belles bleues, ça a été cocktail lacrymo-matraque-charge policière. Le lendemain, la petite séquence qui montrait un CRS tabasser un jeune homme passait en boucle sur la TNT et a fait les titres de toutes les chaînes herziennes. Un stagiaire du Monde a même été embarqué au poste et a témoigné sur son arrestation. La manifestation avait pour but de dénoncer non seulement la violence dont avaient fait preuve les CRS la semaine précédente en tirant au flashball sur un jeune homme, qui a perdu un oeil, cet épisode faisant suite au déploiement grandiloquent et quasi-burlesque du Raid pour déloger une poignée de jeunes squatteurs militant pour la réquisition des logements vides.

Mais que se passe-t-il à Montreuil ? Il y a un peu plus d'un an, Montreuil s'invitait déjà dans les titres du 20h00 lorsqu'en juin 2008, quelques 200 personnes se sont groupées devant le commissariat de la ville pour réclamer la libération d'un sans-papiers interpellé devant un foyer. La soirée s'était soldée par des affrontements entre manifestants et policiers, quelques élus bousculés et huit arrestations. Au point, que certains (fraîchement) élus municipaux dénonçaient à l'époque sur un blog un durcissement des contrôles pour aller à la pêche aux sans-papiers et carrément des provocations policières dans le but de tester la nouvelle majorité qui se dit plus à gauche que l'ancienne (sic !). Alors quoi ? Montreuil sous haute surveillance ? Montreuil ville sous tension ? Montreuil nouveau creuset expérimental pour politique répressive ? Ou bien Montreuil, nouveau foyer de la contestation ? Montreuil, ex-rouge, plus dangereuse depuis qu'elle est devenue verte ?

Les leaders de la contestation ? Des jeunes mais peu issus des cités. Ils sont surtout politisés, souvent ont fait des études supérieures ou se destinent à une carrière artistique. Entre bobos et beatniks revival, ils sont en train d'inventer une nouvelle classe sociale qui a les moyens de se structurer et dont le but est clairement de dire "Non" à la politique de Sarkozy. Des incidents qui surviennent à Montreuil alors que la mairie a viré du rouge au vert.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget