jeudi 10 décembre 2009

L’humaine et son Parasite from Minui

Un nouveau texte d'anticipation du décidément brillant Minui, générateur de questions existentielles mais aussi un épisode captivant mêlant histoire de l'Humanité, religion et fantasy.

Photo trouvée ici


Texte remis à jour après modifications suite aux critiques des membres du site Présences d'Esprits je pense notamment à madoliere et C. Erchkol.

[mode fiction on]

Vatican, Archives secrètes Notes du père Maestri dans le décodage des Runes 26-XXX0001

Note concernant le document : classé niveau noir. Interdiction totale de reproduction partielle ou complète, ce document n'a pas l'autorisation de sortie des Archives. Consultation encadrée, interdiction formelle de parler de ce document en dehors de la cellule de crise de sa Sainteté.


13 janvier 2013, Note du père Maestri


Aujourd'hui, cela fait 31 ans exactement que je travaille sur ces runes. Des années et des années passées d'abord à comprendre quel était cet objet et comment cet objet fonctionnait. Dans les années 80, il a été passé aux Rayons X, les radios ont montré ce dont on se doutait depuis un long moment. Il s'agit d'un journal de bord, mais beaucoup plus élaboré et beaucoup plus ancien que ce qu'on a pu estimer. Ses origines remontent à la nuit des temps. Des centaines d'années à décrypter les signes qui composent ce journal, fruit de mes prédécesseurs linguistes, programmeurs, et archéologues qui ont travaillé sur ce document. Mon travail de traduction s'achève désormais sur la première partie des textes. Mais la révélation d'un tel texte dépasse de loin le cadre de la Chrétienté. Je crains désormais pour ma vie.


Journal de bord du Capitaine Liliane Lithonn


Cet enregistrement a été écrit il y a 10 627,25 révolutions astrales autour de votre étoile la plus proche. (NDT : Après avoir décortiqué les différents modules qui composent ce journal on a trouvé un mode de sauvegarde avec datation. Le mode de datation est hors service, il s'agit d'un module programmé pour calculer les rotations autour du soleil. Il s'est probablement arrêté 10 627,25 années après l'écriture de ce journal).

J'écris les derniers témoignages de ce qui reste de notre civilisation. De tous les vestiges de notre monde il ne reste guère de choses que des souvenirs et des larmes. Je vais disparaître mais avant, je dépose ici mon fardeau.

Jadis, nous étions une société guerrière, nos connaissances nous permettaient d'aller très loin. Nous avons conquis des systèmes planétaires entiers. Notre étendard a parsemé de nombreuses colonies à travers les étoiles. Notre volonté de conquête nous a toujours poussé à aller plus loin. Si loin que nous avons commencé à développer une espèce hybride pour modifier notre propre race. Ainsi, nous avons introduit une notion sexuelle dans notre schéma de reproduction. Auparavant nous n'étions pas sexuées, et nous nous reproduisions par clonage, nous étions toutes des soeurs guerrières fabriquées dans les même moules. Afin de partager et rechercher différents attributs, nous avons modifié notre corps pour évoluer vers une parthénogenèse (NDT : Reproduction par multiplication de gamètes, ici les ovules évoluent directement au foetus sans fécondation) pour aboutir vers la reproduction sexuée. Ainsi nous étions désormais des femelles et nous avons créé des mâles.

Le mâle est un être auquel on a modifié un chromosome X pour le transformer en Y. Créant l'hormone de testostérone naturellement, il a potentiellement une musculature plus imposante que la femelle. Il a ses organes reproducteurs à l'extérieur pour favoriser la reproduction et pour augmenter le pouvoir d'insémination de la population. Sa durée de vie était plus courte, sa production d'endomorphine moins puissante. Cela rendait sa dépendance à l'endomorphine beaucoup plus sensible. Le croisement des organes sensoriels excitant la production d'endomorphine avec ses organes sexuels le forcerait à satisfaire ses besoins en endomorphine dans la reproduction, et ce, contrairement aux femelles dont les deux appareils sont distincts.

Les buts étaient multiples : avec ce schéma de la reproduction sexuée nous pouvions désormais féconder et accroître notre population plus rapidement. La fécondation était plus avantageuse que la parthénogenèse et le clonage. Les gènes contenus dans nos cellules et dans nos ovules n'étaient plus seulement copiés mais mélangés avec d'autres gènes apportés par les mâles. Donnant à l'ensemble de la population des croisements plus propices à résister à des modifications environnementales soudaines ou à s'adapter sur des terrains inconnus. Le mâle comportait des avantages, bien qu'il ne puisse se reproduire tout seul, il est capable d'inséminer le maximum de femelles. Pendant que celles-ci sont occupées à la grossesse et à s'occuper des nouveaux-nés, les mâles peuvent continuer de féconder et d'effectuer des missions de reconnaissances notamment chez l'ennemi.

Par ailleurs, leurs émotions diffèrent légèrement par rapport à nos schémas émotionnels. L'intellect mâle est beaucoup plus orienté processus, résultat obtenu en sacrifiant une partie des capacités d'empathie aux communications intrasociales. Spécialisés plutôt pour les missions d'infiltration, leurs émotions sont plus impassibles, leur capacité de se concentrer plus accrue notamment pour achever les tâches auxquelles ils ont été attribués dans l'ordre de priorités prédéfinies. Bien que plus mono tâches que les femelles, ils remplissaient parfaitement leurs rôles pour des missions avec des objectifs précis. Ils étaient parfaits notamment dans les missions d'infiltration et de destruction dans nos clans ennemis.

Mais les mâles se sont retournés contre nous, leurs créatrices. Nous nous sommes rendu compte qu'en réalité, nous avions créé un parasite. Leur dépendance à l'endomorphine et la sensibilité à la testostérone n'ont pas tardé à produire des effets d'une violence que nous avons tenté en vain de contrôler. Le manque d'empathie et l'effet de groupe suffisaient à engendrer les émeutes mâles les plus meurtrières. Le besoin de satisfaire leur dépendance à l'endomorphine dépassait de loin nos besoins en matière de reproduction. Les agressions sexuelles des femmes et parfois entre eux se sont multipliées. Les comportements de plus en plus violents
(probablement dus à une surproduction à la fois de testostérone et de l'adrénaline) se sont accentués à mesure qu'ils se regroupaient. Et certains groupes beaucoup plus organisés ont commencé à se rebeller de façon plus efficace et ouverte. Ils participaient à l'amélioration de nos connaissances sur nos armes, nos modes d'organisation guerrière. Ils avaient accès à toutes nos données. Il était trop tard pour revenir en arrière. Nos factions sont tombées une à une face à leur agressivité. La guerre a fait rage sur notre planète puis a commencé à s'étendre dans tout le système. En désespoir de cause, nous avons, en dernier recours, utilisé l'Armaggedon. Éliminant d'un coup 99% de notre population. Il ne reste désormais plus beaucoup de survivantes. Nous nous sommes enfuies de notre système et, le peu que nous étions a atterri sur une petite planète bleue. Nous sommes avec Eve, les dernières rescapées de notre unité qui avons pu nous enfuir avec le vaisseau. Je n'ai pas eu d'échos d'autres survivantes.

Nous étions suivies par un autre vaisseau. Ce dernier s'est posé en catastrophe sur la terre. J'ai fait la mission de reconnaissance après la chute de l'appareil. Tous les membre de l'équipage en cabine sont morts avec le crash, tous des mâles. Ils avaient eu l'intelligence d'emporter une femelle qu'ils avaient capturée vivante pour l'inséminer et transmettre leurs gènes. Elle a été conservée dans un état de semi-conscience dans leur infirmerie, elle n'est pas ce qu'on peut appeler vivante mais ses fonctions organiques sont encore opérationnelles, elle attend un enfant. Son bébé est vivant je vois que c'est un mâle. Je m'apprête à tuer ce futur ennemi quand Eve m'en empêche. Son clone va bientôt arriver et son clone sera le dernier, son ADN s'est modifié à cause des armes chimiques, sans parler du stress post-traumatique, cette dernière ne peut ni se cloner, ni se reproduire elle même, elle devra se reproduire de façon sexuée. Quant à moi je suis devenue stérile. Je n'ai plus le choix que de confier ces enfants au système de notre vaisseau qui est encore opérationnel alors j'enclenche la nursery EDEN du vaisseau qui s'occupera de ces enfants. J'ai sacrifié alors la nouvelle Eve pour la préservation de notre espèce.



NDT : Une signature revient sur ces textes, on peut y lire Lilith

[mode fiction off]

En espérant qu'elle vous ai plu.

2 commentaires:

Marc Leung a dit…

hihi merci de m'avoir publié ^^

C vrai que ça fait longtemps que j'ai pas écrit grand chose mais je m'y remets doucement :p

Angelina a dit…

Si cette publication peut te motiver, alors je suis contente de moi. On attend tes textes avec impatience Marc.

Une erreur est survenue dans ce gadget