jeudi 18 mars 2010

Leur voix à elles

Cet après-midi, Simone Veil intègrera l'Académie Française lors d'une cérémonie d'intronisation. Sixième femme à devenir '"immortelle" et monument vivant de l'histoire de France, elle incarne à elle seule la mémoire encore chaude des soixante dernière années du XXème siècle. Son destin force l'admiration. Des camps de concentration à la réconciliation franco-allemande, de la Guerre d'Algérie à la loi sur l'avortement et jusqu'au Parlement européen qu'elle a présidé, Simone Veil a su refléter quelques unes des évolutions les plus significatives de ce siècle.

Pour saluer la femme, à qui toutes les femmes sont redevables de s'être battue pour la loi sur l'IVG, avec pragmatisme mais aussi conviction et courage, voici un extrait de son discours pour le droit à l'avortement, prononcé le 26 novembre 1974 devant l'Assemblée Nationale.




« (...)

Je voudrais tout d'abord vous faire partager une conviction de femme _ je m'excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d'hommes: aucune femme ne recourt de gaieté de coeur à l'avortement. Il suffit d'écouter les femmes.

C'est toujours un drame et cela restera toujours un drame...

C'est pourquoi, si le projet qui vous est présenté tient compte de la situation de fait existante, s'il admet la possibilité d'une interruption de grossesse, c'est pour la contrôler et, autant que possible, en dissuader la femme.

Nous pensons ainsi répondre au désir conscient ou inconscient de toutes les femmes qu se trouvent dans cette situation d'angoisse, si bien décrite et analysée par certaines des personnalités que votre commission spéciale a entendues au cours de l'automne 1973.

Actuellement, celles qui se trouvent dans cette situation ce détresse, qui s'en préoccupe? La loi les rejette non seulement dans l'opprobre, la honte et la solitude, mais aussi dans l'anonymat et l'angoisse des poursuites. Contraintes de cacher leur état, trop souvent elles ne trouvent personne pour les écouter, les éclairer et leur apporter un appui et une protection.

Parmi ceux qui combattent aujourd'hui une éventuelle modification de la loi répressive, combien sont-ils ceux qui se sont préoccupés d'aider ces femmes dans leur détresse? Combien sont-ils ceux qui au-delà de ce qu'ils jugent comme une faute, ont su manifester aux jeunes mères célibataires la compréhension et l'appui moral dont elles avaient grand besoin ?

Je sais qu'il en existe et je me garderai de généraliser. Je n'ignore pas l'action de ceux qui, profondément conscients de leurs responsabilités, font tout ce qui est à leur portée pour permettre à ces femmes d'assumer leur maternité. Nous aiderons leur entreprise; nous ferons appel à eux pour nous aider à assurer les consultations sociales prévues par la loi.

Mais la sollicitude et l'aide, lorsqu'elles existent, ne suffisent pas toujours à dissuader. Certes, les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes sont parfois moins grave qu'elles ne les perçoivent. Certaines peuvent être dédramatisées et surmontées; mais d'autres demeurent qui font que certaines femmes se sentent acculées à une situation sans autre issue que le suicide, la ruine de leur équilibre familial ou le malheur de leurs enfants.

C'est là, hélas!, la plus fréquente des réalités, bien davantage que l'avortement dit "de convenance".

S'il n'en était pas ainsi, croyez-vous que tous les pays, les uns après les autres, auraient été conduits à réformer leur législation en la matière et à admettre que ce qui était hier sévèrement réprimé soit désormais légal ?

Ainsi, conscient d'une situation intolérable pour l'Etat et injuste aux yeux de la plupart, le gouvernement a renoncé à la voie de la facilité, celle qui aurait consisté à ne pas intervenir. C'eût été cela le laxisme. Assumant ses responsabilités, il vous soumet un projet de loi propre à apporter à ce problème une solution à la fois réaliste, humaine et juste.

(...) »


Vous pouvez retrouver l'intégralité de ce texte dans un fascicule intitulé Les grands discours. "Elles sont 300.000 chaque année " : discours de la ministre Simone Veil pour le droit à l'avortement devant l'Assemblée nationale, 26 novembre 1974. publié aux éditions Points au prix de 3€.



in : Big event little summary

7 commentaires:

Nasser a dit…

C'est merité tout de même !mais il y en a tant d'autres qui devraient y etre aussi

Angelina a dit…

Oui si l'on considère que l'Acadamie Française est une institution qui remonte à Richelieu, 6 femmes, c'est peu !

Nasser a dit…

il y a très peu de femme écrivain aussi

Angelina a dit…

Alors là, je ne suis pas d'accord, et puis Simone Veil n'est pas écrivain. Elle est distinguée pour son parcours...

Pascale a dit…

une grande Dame !!

Angelina a dit…

Le même jour :

MENACES SUR LE DROIT A L’AVORTEMENT
FEMMES EN DANGER !
LE GOUVERNEMENT PIÉTINE LA SANTÉ PUBLIQUE
Le gouvernement, par l’action de Mme Bachelot et la loi HPST (Hôpital Patient, Santé Territoire) accélère la casse de la santé publique, de notre santé.
Cette restructuration n’est guidée que par la rentabilité économique.
Dans cette optique, les CIVG (Centres d’Interruption Volontaire de Grossesse) et les maternités sont particulièrement touchés. Les femmes, de nouveau, sont obligées de se battre pour préserver et garder les droits qu’elles ont acquis de haute lutte.
Des postes de personnels médicaux et para-médicaux sont supprimés, des établissements de santé et des activités regroupés, cela dans le mépris total des professionnels de santé et des usagers.
Depuis mai 2009, les CIVG des hôpitaux Broussais, Jean Rostand et Tenon ont fermé. Les femmes qui, auparavant, avortaient à Tenon sont donc désormais orientées vers l’hôpital Saint-Antoine. L’AP-HP prévoit de fermer la maternité de Saint-Antoine d’ici 2011. A cette date, les femmes qui avortaient à Tenon (environ 500 par an) et à Saint-Antoine (environ 650 par an) seront dirigées vers l’hôpital Trousseau, sans aucun financement ni poste supplémentaire. Comment maintenir une offre de soins de qualité dans ces conditions?
D’autres centres sont menacés tels que celui de Bobigny et celui de Poissy St-Germain-en-Laye.
A la suite des actions menées pour la réouverture du centre d'IVG de Tenon et des protestations devant l'absence d'information des femmes concernées, le directeur de l'hôpital a fait appel à deux infirmières retraitées qui assurent à temps partiel un travail de réorientation des femmes vers d’autres hôpitaux. Les délais de prise en charge s‘allongent encore.
Nous ne pouvons ni tolérer ni accepter cette politique. C’est un recul considérable pour les droits des femmes à disposer de leur corps.
La suppression des CIVG autonomes et des unités fonctionnelles d’IVG avec du personnel et des locaux dédiés, conduit à noyer cette pratique dans les services de gynéco-obstétrique dont l’IVG est parfois la dernière des préoccupations, et en finir ainsi avec des équipes militantes et motivées, en réintégrant l’IVG dans le « droit commun » hospitalier.
Les femmes doivent pouvoir choisir entre l’IVG médicamenteuse et l’IVG chirurgicale.
Par ailleurs, l’IVG médicamenteuse en ville ne doit pas supporter les carences de l’hôpital. De plus, l’absence de tiers payant exclut des femmes.
Les traditionnels opposants au droit à l’avortement ne peuvent que se réjouir du démantèlement de l’hôpital public.
Pour résister au saccage de l’hôpital public et pour maintenir l’accès aux soins pour toutes et tous.
Pour le maintien du droit à l’avortement dans des structures adaptées
Rassemblement devant la direction générale de l’AP-HP 3 avenue Victoria 75004 Paris (métro Châtelet) le 18 mars 2010 à 18h.
Signataires : ANCIC – CADAC – Collectif unitaire du XXè – Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité – Planning
Familial - Sud Santé Sociaux – Touche pas aux Bluets – CGT - Collectif national contre les franchises, pour l'accès aux soins partout et pour tous et pour une
sécurité sociale solidaire -


Si ce n'est pas de l'ironie, en tout cas ça ressemble bien à une réelle régression. Bientôt il va falloir ressortir les aiguilles à tricoter pour bénéficier d'un droit que nous croyions acquis.

Angelina a dit…

Je me suis trompée, ce sont 6 femmes sur 40 sièges et non 6 femmes depuis la création de l'Académie Française.
Cela dit, je n'ai pas compté, mais on ne doit pas être loin du compte.

Une erreur est survenue dans ce gadget