lundi 21 juin 2010

Y a pas de mal à se faire du bien (4)

Mais qu'avait-il bien pu consommer, Jimmy Webb, le jour où il a écrit cette chanson aux paroles à la limite de la cabalistique et aux envolées d'un lyrisme à vous faire monter les frissons jusqu'à la racine des cheveux ?

Macarthur Park a toujours représenté pour moi une très belle chanson, superbement interprétée par Richard Harris, un acteur so deliciously English, au physique délicat et à la classe inimitable et un peu surannée des acteurs shakespeariens d'hier. Une chanson qui pour moi préfigurait à la fois l'avènement de The Divine Comedy et de Mike Flowers avec deux bonnes décennies d'avance.

Macarthur Park a, de l'avis général, tout du condensé de chef-d'oeuvre visionnaire. Jimmy Webb fait rouler des cuivres sur un tapis de cordes et une pluie de notes au piano à la Burt Bacharach, manie les changements de rythme sans complexe au risque de sembler accoler plusieurs chansons en une seule. Il vous secoue derrière un rideau de cymballes, vous envoient en l'air en fanfare avant de vous rattraper au creux d"une délicieuse mélopée. La voix caressante d'un Harris, à l'époque exquisement barbu, ne fait qu'ajouter au pouvoir sexuel de cette chanson.

C'était avant que je ne tombe sur ce petit film, qui bien que riches en commentaires, en points de vue variés et en avis éclairés, pour moi n'arrive toujours pas à démonter la magie et le mystère de Macarthur Park. Certes, j'entendais bien qu'à un moment où un autre, la chanson évoquait une "recipe", une recette, mais le reste était en yaourt. Ce qui était de bon aloi. Je ne savais donc pas que quelqu'un avait laissé le gâteau sous la pluie. Toujours est-il qu'à mon avis, le yaourt est une langue qui devrait être exclusivement indiquée pour certaines chansons.

Macarthur Park en fait partie.



La voici en entier, sur les images du vrai Macarthur Park à Los Angeles où, parait-il, Jimmy Webb allait se balader avec sa copine. Car, au fait, il ne s'agit que d'une chanson d'amour.









in: Gloomy moday

2 commentaires:

La Sauterelle a dit…

La musique comme les paroles, c' est riche et... pas banal. Faut au moins une deuxième écoute. Et ta prase d' introduction, j' adore! :-)

Angelina a dit…

Ah merci ! Je me demandais si quelqu'un allait remarquer ma phrase d'introduction.

Une erreur est survenue dans ce gadget