dimanche 7 novembre 2010

Un dîner parfait

Voilà ce que j'appelle "un dîner presque parfait" ! Non, c'est parfait. On souhaiterait que tous les dîners se déroulent comme ça en réalité...

Si ce soir vous êtes à table, ce petit dîner en amoureux  va vous faire passer un dîner totalement parfait. Une recette qui m'a généreusement été offerte par Zoé Cyrano, une fabuliste érotique qui a de la suite dans les idées. 

Plutôt que de jouer aux devinettes, au poker menteur ou au pictionnary, elle vous propose un action ou action incandescent.

Lorsqu'il ouvrit la porte et apparut juste derrière, une foule de souvenirs remonta d'un coup à la surface. Nous nous connaissions depuis quelques années, par l'entremise d'une amie commune, mais nos rapports étaient restés distants bien qu'amicaux et plus ou moins réguliers, selon les périodes. Je cherchais à l'époque assez régulièrement des modèles pour mes croquis de nu, et ça l'avait amusé de poser pour moi. Ҫa n'avait jamais dérapé, avec lui pas plus qu'avec d'autres. Un ami photographe avait pu observer le même phénomène, la photo ou le dessin de nu avaient quelque chose d'anti-érotique qui coupait court à toute possibilité de sexe entre les deux partenaires. Ҫa avait donc duré quelques années, puis j'ai récemment décidé de partir m'installer dans le sud, adieu donc nos séances de dessin.

Et puis voilà que je passais sur Paris avant d'aller rendre visite à ma soeur, en banlieue proche, alors il m'a proposé de passer la nuit chez lui, enfin chez eux puisqu'il était marié, et accessoirement déjà père de deux petites filles. Les jeux du hasard sans doute avaient fait que je n'avais jamais eu auparavant l'occasion de lui rendre visite, et j'allais donc enfin faire la connaissance de sa petite famille, après l'avoir surtout vu seul et nu pendant de longues soirées, chez moi. Etrange retournement, par rapport à ce qui aurait pu être... je dois maintenant avouer que depuis que nos rapports n'étaient plus encadrés par une activité artistique, mes fantasmes m'avaient porté à le considérer un poil différemment, et je n'aurais plus craché aujourd'hui sur ce qui m'aurait semblé hier totalement hors de propos. Allons, il était marié et pouvait très bien rester de l'ordre du fantasme, je n'étais pas à ce point adepte des situations compliquées.

Pour l'heure, il était là tout sourire, et me faisait signe d'entrer.

- Allez entre ! Qu'est-ce que t'as envie de boire ? Le dîner est encore sur le feu. Passe-moi ton manteau... On a pu laisser les filles pour ce soir à leur grand-mère, on sera d'autant plus à l'aise pour causer! Alors, cet emménagement ?...

Diable, quel flot de paroles... bah, il devait être aussi nerveux que moi sans doute, ça allait se tasser... voilà que j'apercevais sa femme plus loin dans la cuisine, occupée à se fumer une cigarette devant un verre de vin. Il était temps de faire connaissance. Sans lui laisser le temps de se lever, je me précipitai à sa rencontre.

- Bonsoir, on se rencontre enfin ! C'est gentil à vous de m'inviter à passer la nuit ici, je n'avais pas très bien planifié mon voyage et je dois dire que ça me facilite grandement les choses... et puis c'est l'occasion de faire connaissance...

- C'est vrai qu'on partage une certaine intimité avec le même homme, ç'aurait été dommage de ne jamais se voir! Pas la même intimité, certes! Encore qu'entre lui et moi ça avait également commencé par des séances de croquis de nu, il ne te l'avait pas raconté ?

- Eh bien non, ça m'aurait sans doute fait réfléchir à l'époque donc il a sans doute eu raison de se taire, mais tu vas pouvoir me raconter ça plus en détail, et bien d'autres choses sûrement !

- Un bonne conversation entre filles, pendant que l'homme de la maison sera aux fourneaux ! Viens, on n'a qu'à passer dans le salon, on sera plus à l'aise pour discuter, à l'abri des oreilles indiscrètes, n'est-ce pas chéri !

Voilà qui était rondement mené. En quelques minutes à peine je m'étais faite embarquer dans ce que je pressentais tenir autant de l'interrogatoire que des confessions intimes, pendant que celui que j'étais venu voir se trouvait enchaîné aux cuisines, comme au service de ses deux amazones. Mon interlocutrice devait avoir un certain goût pour l'autorité. Je me demandai ce qu'il en était dans leur intimité...

De fait, une fois dans le salon nous n'échangeâmes guère que diverses banalités sur mon emménagement, le fait de se retrouver seule dans une nouvelle ville, même si j'avais un peu de famille là-bas. Puis notre cuisinier d'un soir nous rejoignit, calma nos estomacs d'un de ces plats montagnards qui appellent à la dissolution des graisses par un surcroît de vin, et c'est donc l'alcool aidant que nous en vînmes naturellement à aborder l'un des meilleurs sujets du monde quand on n'a guère eu le temps de faire réellement connaissance, le cul. Le nôtre, autant que possible.

Nous nous découvrîmes bientôt une multitude de terrains de jeu communs, que ce soit resté à l'état de pur fantasme ou qu'au contraire l'expérience ait été un jour tentée. Ainsi d'une frénésie de voir, et de tenter des jeux à trois. Sur ce dernier point particulier, il se trouva que nous avions eu des expériences passées complémentaires, moi comme invitée occasionnelle d'un couple d'amis, eux comme couple curieux d'inviter une amie à les rejoindre, et qui avaient trouvé un jour celle avec qui sauter le pas. Sitôt ce sujet lancé, l'atmosphère se tendit progressivement, chacun réalisant l'invitation mutuelle et tacite que celui-ci représentait, invitation à explorer de manière plus concrète les fascinants aspects de la sensualité à trois.

C'est finalement moi qui ouvris le feu.

- Mais ça t'a fait quoi, de voir ton homme dans les bras d'une autre femme ?

- A vrai dire, il s'est tenu presque à l'écart, en se contentant de la caresser tout en me pénétrant sous ses yeux à elle. Au départ il s'agissait plutôt pour moi d'essayer de faire l'amour avec une autre fille, mais je ne voulais pas faire ça seule de mon côté, et puis l'excitation aidant je crois que j'avais aussi envie de ce qu'une fille ne pourrait pas me donner, bref il n'a pas pleinement profité de l'occasion. Bon, le temps a passé depuis, si ça devait se refaire je crois que ça m'exciterait vraiment de le voir la prendre devant moi.

Là, je vis l'homme de la soirée lever un sourcil intéressé... il ne pipa toujours mot, préférant nous laisser continuer... moi en l'occurrence.

- Dans mon cas c'est allé très vite plus loin, il faut dire que mes amis n'en étaient pas à leur première expérience dans le domaine. Du coup d'ailleurs ça m'a un peu déçue, pas assez personnalisé je dirais, j'ai mes fantasmes et là j'avais un peu trop l'impression de servir de sex-toy! Mais vous l'avez revue votre copine depuis ? 

- Non, elle n'a pas vraiment assumé la chose et a quasiment disparu du jour au lendemain... dommage, on aurait bien continué, c'était quelques semaines avant qu'on mette en route notre plus jeune fille, comme quoi ça n'a pas eu la moindre répercussion négative sur notre couple, au contraire...

Un silence s'installa alors, un de ces blancs pendant lesquels chacun s'abîme dans la contemplation du fond de son verre... notre homme qui n'avait cessé depuis le début de la conversation de nous sourire avec un petit air narquois, relança le débat dans une direction brutalement pragmatique :
- Allez, supposons pour rire qu'on se la joue jeu de rôle, on est là tous les trois, qu'est-ce qui vous exciterait le plus, là maintenant, sur le moment, après tout ce qu'on s'est dit ?


Zoé Cyrano


On dirait qu'il va falloir attendre la semaine prochaine pour lire la suite...



in: The closer I get

1 commentaire:

JaXX a dit…

Rha... vivement la semaine prochaine... ça aiguise l'appétit de lecture... et l'appétit tout court

Une erreur est survenue dans ce gadget