jeudi 2 décembre 2010

Tu te couches devant Véolia et tu votes avec la droite from Pierre


C’est fait. Ce mardi 30 novembre 2010, la communauté d’agglomération « Est Ensemble » a voté sa ré-adhésion au SEDIF/VEOLIA, par 53 voix pour (41 socialistes, 6 UMP/Modem et 6 communistes) et 38 contre (19 Écologie et citoyenneté, 17 communistes [cf. commentaire ci-dessous, NDLB], 3 parti de gauche, 2 alter-agglo).


Messieurs Proglio et Frérot, patrons de VEOLIA, leurs complices de droite (Santini, patron du SEDIF) et, malheureusement leurs complices de gauche aussi, peuvent se réjouir. La source de profit que constitue la délégation au privé du service public de l’eau, qui s'effectue sur le dos des usagers, ne va pas se tarir.


Et pourtant ils le clamaient la main sur le cœur. « Nous, socialistes, sommes pour un service public de l’eau. Nous ne voulons pas que les multinationales de l’eau, Véolia en l’occurrence, accaparent ce bien commun au détriment de l’intérêt général. »

Un projet alternatif, sérieux et crédible, en associant « Est Ensemble » avec « eau de Paris » était pourtant possible. Il défendait et valorisait le service public et faisait le choix de l’intérêt des usagers, notamment par une baisse significative du tarif de l’eau.

Ce projet, porté par des organisations politiques, associatives et citoyennes présentes dans les 9 communes de l’agglomération « Est Ensemble » et regroupées au sein du Collectif pour une gestion publique de l’eau à Est Ensemble n’a même pas été mis à l’étude par la majorité socialiste du conseil communautaire.

A travers quelles eaux troubles les socialistes d’« Est Ensemble » ont-ils nagé pour s’afficher en faveur d’une gestion publique de l’eau et, à l’heure du choix, prendre une décision contraire en faisant le choix du privé ?

Alors qu’une formidable appropriation citoyenne du débat sur la gestion de l’eau s’est manifestée ces derniers mois, ces dernières semaines au travers de réunions publiques, d’actions de rue, de projections-débats et des milliers de signatures de la pétition en faveur d’une gestion publique de l’eau, le vote des élus socialistes avec ceux de la droite et d’une poignée de communistes (ceux de Bobigny et du Pré Saint-Gervais) constitue un bras d'honneur aux aspirations citoyennes de participation démocratique aux affaires de la cité.




in: In the mood for anger

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Erreur dans les comptes, c'est 17 communistes parti de gauche et partenaires et 19 verts.
Merci de rectifier.

Sylvie BADOUX

Angelina a dit…

Merci Sylvie pour votre visite. Le texte a été rectifié.

Une erreur est survenue dans ce gadget