lundi 20 août 2012

Le Gloomy Monday of the Summer de Stéphane Arnoux [J-21]

 Depuis que je l'ai rencontré, Stéphane Arnoux je le croise souvent. ou . Il était également . Je l'ai également interviewé en exclusivité alors que l'ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) s'apprêtait à descendre à Cannes. Quelques mois plus tard, le film dont il m'avait parlé l'année précédente, Donoma, trouvait son public enthousiaste et tombé en pâmoison. Qu'on se le dise à présent, et ces deux rencontres avec Stéphane Arnoux sont là pour le prouver, la férule de l'ACID est devenu un gage de qualité. Nombre de films que ce collectif de réalisateurs soutient sont de réels petits bijoux. Aujourd'hui président de l'association pour laquelle il milite depuis quelques années, Stéphane Arnoux se consacre actuellement à ses propres projets. L'objet d'un prochain article j'espère.


Ah mais au fait, le monsieur joue aussi dans un groupe. Autant dire qu'il connaît la musique.

Photo trouvée


Pour commencer la semaine, un classique, revisité tellement que sa virginité en a pris un gros coup. Mais il y a des ces sensualités qui ne s'usent pas, qui emmènent au plaisir à tous coups.




Dans cette version là peu d'accords, quelque chose d'un peu brute, d'un peu rauque, avec cette accélération qui fait venir le plaisir euphorique de l'écoute.

En attendant le même Pascal Humbert avec l'ami Cantat...
 Stéphane Arnoux



NB : Pour plus d'exclusivité au festival de Cannes, connectez-vous sur Mes petites fables la semaine prochaine pour tout savoir des jours et des nuits blanches de la Croisette.





in: Gloomy monday

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget