lundi 25 mai 2015

Syrano se fait un brunch (avec Angelina)

Le Brunch c'est fini, mais Le Brunch ça continue ici. Pour écouter, redécouvrir, les invités qui se sont payés une bonne tranche de good mood le sunday morning avec Angelina et ses troubles-fête, voici ressuscitée sur ce canal l'émission qui n'a pas dit son dernier mot. Il se pourrait même que ça continue...

 Pour bien faire et pour commencer dans l'ordre, voici une émission enregistrée le 13 juillet 2014, à quelques minutes d'une finale de coupe du monde... sans le Brésil, dans sa version remix. Le chanteur/rappeur/écrivain/poète/dessinateur Syrano était le premier invité à essuyer les plâtres.



2h30 d'émission pendant laquelle on a eu le temps de se parler, de s'écouter, de se raconter la vie qui passe. Ce dimanche-là dès 10h, l'artiste polyvalent chanteur-rappeur-écrivain-illustrateur mais surtout supermittent, nous a donné rendez-vous pour un brunch tout en douceur, pour parler de ce qu'il aime, de ce qu'il fait et de La Forêt Des Brumes.

 Si à la question : est-ce qu’être le frère aîné de cinq petites sœurs ça vous met les pieds sur terre ? vous hésitez à répondre par oui ou par non, il n’y a qu’à se pencher sur le cas Syrano pour comprendre qu’en tout cas ça vous met de l’aplomb dans les propos. Les pieds certes bien posés sur la terre ferme mais la tête dans les étoiles, Syrano, jeu de mot entre son prénom Sylvain et le personnage de Rostand qui écrivait des vers à la douce Roxanne, Syrano vilipende les hypocrites, pourfend les profiteurs, raille les critiques à la plume facile et fallacieusement politiquement incorrects, se rit de ceux qui choisissent la facilité… et comme il le dit lui-même à l’instar de son fameux modèle, à la fin de l’envoi… il touche. Oui, à la fin de l’envoi il te touche, par une espèce de rage humaniste, d’urgence tranquille, d’une opiniâtreté méthodique à dénoncer les incohérences de notre logiciel. Syrano, c’est l’expression de l’ici et du maintenant. Chez ce chanteur-là, tout est politique et pourtant ce n’est que de l’humain d’abord.

Artiste voyageur, chanteur ambulant, script-trotteur et insatiable d’ailleurs, Syrano est parti de Chartres où il est toujours revenu après des voyages à vingt mille lieues derrière les mers, parfois en plus de 80 jours. Des voyages pour des rencontres, pour se paumer, se chercher mais souvent faire l’amer constat que la mondialisation a déjà laissé ses cicatrices partout. Revenir alors, le dire, le chanter avec l’entêtante conviction que quelqu’un écoute, quelqu’un entend. Ce ne sont pas encore des bataillons, mais le cercle des fidèles, des habitués, des sympathisants, qui s’agrandit encore et encore, des adhérents à ses rengaines à la French touch parfumée d’autreparts.

Aujourd’hui Syrano c’est encore cet autre corde à son arc, celle qui oscille entre l’écriture, le dessin et le monde merveilleux de l’enfance. Avec son dernier livre, publié depuis le mois de septembre, La Forêt Des Brumes, le chanteur-rappeur revisite le monde enchanté de Tim Burton et fabrique une de ces petites fables dont il a le secret. Une histoire d’amour, empreinte de mystère, de rêves, de cauchemars et d’enfance qui tourne à l’aventure initiatique.

Pour commander le livre de Syrano, La Forêt Des Brumes.




Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget