lundi 9 novembre 2009

Et toi, tu faisais quoi le 9 novembre 1989 ?



Comme pour tous les jours qui ont changé le cours de l'histoire ou après lesquels rien ne serait plus comme avant, le 11 septembre 2001, ou pour ceux qui ont vécu la guerre, le jour où ils ont appris qu'elle était finie, la plupart d'entre nous se souvient de ce qu'il faisait le jour où le Mur de Berlin est tombé. Par contre, l'instant semble flou.

Cette question, "Que faisiez-vous le jour où le Mur de Berlin est tombé ?" se ballade sur la toile depuis quelques jours en attendant de célébrer ce vingtième anniversaire. Les réponses sont souvent empreintes d'enthousiasme, de joie, avec le sentiment d'avoir été témoin d'un moment clé de l'Histoire et pour certains même d'y avoir participé. Le plus surprenant, c'est de retrouver dans ces témoignages des bouffées de nostalgie car la question ramène souvent à une jeunesse peut-être envolée, à la fin des années 80 où la crise n'était pas la même qu'aujourd'hui. Cet anniversaire nous force inconsicement à la rétrospection. Vingt ans, c'est long, c'est une vie.


Il y a d'abord ceux qui se souviennent du moment précis. Sur son blog, Dubuc raconte : "Je me rappelle de ce soir-là. Le 9 novembre 1989. Coincé dans les embouteillages, sur le Boulevard Lannes, ou peut-être Suchet. Fin de journée de taf'. Et cette annonce sur France Info. Le Mur de Berlin est tombé. Il s'est ouvert, les Berlinois de l'Est affluent à l'Ouest pour profiter d'une liberté toute neuve. J'ai eu les larmes aux yeux. Comme un con. Overdose émotionnelle. Berlin que j'avais connu plusieurs années auparavant, fermé. Tout à coup, une brêche dans le Rideau de Fer, le début de la fin du bloc de l'Est. Mais ce soir-là, on ne le savait pas encore. Juste une émotion forte. Un instant unique."

Fabrice était en cours de philo "et c'est mon prof qui l'a annoncé en entrant en cours !" Une façon originale de l'apprendre qui vous oblige à vous souvenir de certaines personnes sans les avoir choisies.

"J'étais en licence, raconte Malika, dans le cours d'un professeur hongrois qui avec émotion nous a dit : aujourd'hui le Mur de Berlin est tombé", et on en a parlé pendant 30 minutes à la fois avec surprise et recueillement sentant qu'une grande page de l'histoire venait de se tourner...On ne se doutait pas encore que le monde allait être encore plus violent. Je n'ai jamais oublié ce professeur."


Ensuite, il y a ceux qui se souviennent plus de la période que du moment précis. Pour Nathalie, c'était en Bretagne. "dernière année de collège, 13 ans, récit de l'évènement auf Deutsch...langue et culture allemande non stop à l'époque...Moment intense, suivi d'actu..."

Et Jean-Olivier : "j'étais devant ma télé, chez moi et, à l'époque en classe d'Allemand, au lycée, tout excité, comme le professeur et le reste de mes camarades. Un an après, j'ai été interrogé sur les évènements au bac, en allemand."

Quant à Serge, la mémoire est surtout visuelle. "J'étais étudiant en journalisme, je logeais dans une chambre de bonne sans télé. Entre deux bistrots (nous faisions alors beaucoup de terrain...), nous suivions l'événement dans la presse écrite. Je me souviens d'une Une de Libé avec je crois une photo de Depardon. Je crois avoir ressenti la même émotion qu'au moment de l'élection d'Obama."


En général, ce souvenir intense est vécu comme un moment de plaisir. Mais il peut s'accompagner d'un sentiment de regret comme le confie Nathalie : "J'hesitais a y aller...quelle gourde, une vraie lecon..." Et qui me confirmera plus tard : "C'est mon plus grand rattage de reporter, que je n'étais pas encore a l'époque, car j'étais a l'école de journalisme à Strasbourg, j'étais donc à deux pas du Mur, et je n'y suis pas allée."

Trop jeunes, il y a également ceux qui n'ont pas compris mais qui ont compris qu'ils comprendraient plus tard... ou pas. Gérôme regardait "sans vraiment comprendre ce que je n'ai toujours pas compris : ma mère pleurait-elle devant la tv en l'honneur de ces familles retrouvées et de la fin de la tyrannie ou pleurait-elle la chute du modèle prolétaire, référence ouvrière familiale..."

"J'avais 15 ans, écrit Mr Non, je me suis réveillé en pleine nuit, ou peut être était ce le matin, parce que j'ai entendu la télé. Avec mon père on a regardé les images, je ne comprenais pas très bien. Je crois que je ne savais pas qu'une partie de l'Allemagne était une *dictature communiste*. Dans mon souvenir j'étais plus jeune que ça, mais en fait non. Les gens montaient sur le mur et le détruisaient à coup de masse. Mon père m'a dit "il se passe quelque chose qui va changer le monde". 20 ans après, il y a un mur en Palestine / Israël."


Beaucoup ont pleuré, mais il y en a qui se souviennent surtout d'avoir pleuré. Bien qu'ils n'aient ni lien avec le pays, ni famille en Allemagne, les larmes coulaient. Comme le relate Catherine : "Je suis tombée sur un programme qui passait en boucle "The Wall" des Pink Floyd, en montrant des images de ce mur de la Honte qui tombait peu à peu . Je suis restée presque la moité de la nuit devant le poste TV, les yeux embrumés de larmes. Je n'oublierai jamais ce moment qui symbolise toujours pour moi que tout est possible." Ou badaluc : "Moi c'était en voiture dans un embouteillage, j'en ai pleuré de joie."

Les larmes de joie toujours pour annaluz, mais avec une petite variante revancharde. "Moi ! cela reste un des beaux jours de ma vie. En apprenant la chute du Mur de Berlin et du communisme j'ai pleuré de joie. A l'époque, dans le bureau où je travaillais je supportais difficilement les réflexions de 2 ou 3 collègues dits communistes sans leur répondre car je ne voyais pas l'utilité de donner de l'importance à leurs bêtises. Aussi, ce jour là, en arrivant au bureau , j'ai crié '' le Mur de Berlin est tombé" et j'ai eu l'immense plaisir de voir la gueule décomposée de mes collègues qui devaient être aussi celle des ''grands intellectuels français communistes'' et autres artistes nantis."


Après les larmes, il y a ceux qui pimentent leurs souvenirs de rigolade. Ainsi Henri était en train de faire de la maçonnerie avec son frère. "Et tout c'est cassé la figure, les briques l'enduit, notre mur de Berlin à nous." dcd.la en rajoute une couche dans le sarcastique : "Le 9/11/89, j'étais dans mon jardin en train de construire un mur pour pas que les gosses de mon voisin rentrent chez moi. Comme les Americains avec le Mexique, les Israéliens avec les Palestiniens, les Espagnols avec les Marocains. 1 mur de perdu, 10 de retrouvés..."

Quant à Bastien, il fait dans le détachement. "J'étais sorti de l'écriture de ma thèse pour aller à une soirée. Une fille inconnue, un peu pouf, m'avait écrit son numéro de téléphone dans mon paquet de cigarettes. Je me souviens avoir hésité à passer le reste de la nuit avec elle ou prendre le premier train pour Berlin. Finalement, je suis rentré chez moi pour travailler."


Il est bien sûr tout à fait excitant de lire les témoignages de ceux qui y étaient. Souvent leur 9 novembre ne ressemble pas au nôtre, et pour cause. "Moi j'étais à Berlin devant le Mur (pendant mon service militaire), se souvient Plokta. Le premier soir après une annonce sur France Inter, je suis allé faire un tour du coté du Mur et là... rien, il ne s'est rien passé, personne du coté Ouest et apparemment pas grand bruit du coté Est.
Le grand chamboulement ne s'est passé en fait que le lendemain, je pense que les gens n'avaient pas eu le temps le premier soir de bien comprendre ce qui s'était réellement passé.
C'est assez bizarre qu'aucun témoignage ne parle de ce calme du premier soir, c'est pourtant ce qui continue de me surprendre 20 ans après.
Par contre le deuxième jour était vraiment à la hauteur de l'évènement, imaginez les gens de l'Ouest faisant une haie d'honneur aux tranbants passant les check-points, des voitures avec le père de famille fier au volant, une mère pleurant comme une madeleine et des enfants ayant des yeux gros comme s'ils n'avaient jamais vu de sapin de Noël de leur vie... Les gens de l'Ouest leur offrant des fleurs, du vin mousseux, les billets (oui de l'argent !)...
Le samedi et le dimanche les magasins sont restés ouverts et ont accueillis les pauvres gens venant visiter ces temples la consommations sans pouvoir rien acheter...
Par contre 3 semaines plus tard il fallait prouver qu'on venait de l'Ouest pour pouvoir entrer dans les boîtes de nuit (traditionnellement gratuites) ou autres magasins, l'économie de Berlin ne supportant plus de travailler pour rien, la générosité avait ses limites."

Les témoignages des gens sur place restituent une atmosphère qui nous rappelle que les choses ne sont pas arrivées d'un seul coup. drogo6 était à Graz, en Autriche. "[Nous] avons suivi les infos et reportages sur les chaînes allemandes de TV qui diffusaient en continu.
Quelques semaines auparavant, lors d'une réunion à Prague, nous avions observé les techniciens qui "écoutaient" la présence possible de micros sur la façade de l'Ambassade de France. Mais c'est dans les rues autour de l'Ambassade d'Allemagne que tout se passait. Oui, nous avons vu des centaines de jeunes Allemands tenter de franchir le mur de l'ambassade pour s'y abriter avec les 4000 autres qui y avaient trouvé place. Les rues étaient pleines de Trabant et Variant immatriculées en DDR et que les propriétaires avaient abandonnées pour se réfugier dans l'enceinte de l'ambassade. Il faisait très froid, beaucoup n'étaient pas assez couverts puisqu'ils avaient quitté la DDR dès qu'ils avaient appris que la frontière était ouverte, abandonnant appartement, maison et tout bien matériel. L'ESPOIR de pouvoir enfin gagner l'Ouest se lisait dans tous les regards et tous l'exprimaient."

Le témoignage se mâtine parfois d'une réflexion personnelle. "J'étais à Kreuzberg, rapporte UZ, et je n'ai rien entendu ni rien vu. C'est en rentrant en France que tout le monde m'a félicité d'avoir assisté à la chute du mur : je n'en croyais pas mes oreilles. Sur place, je vivais pourtant chez des allemands cultivés et ouverts sur le monde : mais l'événement n'était ni prévisible, ni attendu. Pourtant, Kreuzberg était situé très près du mur.
Entre parenthèse, si la réunification a sans doute été une chose positive pour certains Allemands, n'oublions pas que Berlin Ouest était, avant la réunification, une ville extraordinaire protégée de la connerie libérale et capitaliste par le fait qu'on ne pouvait pas y faire d'affaires (le bizness était réduit à sa plus simple expression grâce à l'isolement géographique) : en lieu et place du marché, s'y trouvaient essentiellement des artistes, des alternatifs, des étudiants et des pacifistes refusant le service militaire (ils bénéficiaient d'aides gouvernementales, la RFA ayant décidé de faire de Berlin une vitrine culturelle au cœur de l'Allemagne de l'Est). Il y régnait alors une intense activité intellectuelle et artistique, protégée par le Mur, à la fois de la bêtise communiste, mais aussi de la bêtise capitaliste. Il faut avoir connu Berlin AVANT la chute du Mur pour comprendre ce que cette ville a perdu avec la réunification. A l'ouverture du Mur, comme symbole de bienvenu aux gens de l'Est passant avec leurs Trabants, on a donné une banane et une canette de Coca-Cola : tout était dit, ils n'auraient pas le choix de penser leur devenir et seraient prisonnier de la dictature marchande après l'avoir été de la dictature communiste.
Si la chute du Mur a sans doute été un événement extraordinaire dans l'histoire du XXème siècle, au plan politique et intellectuel cela reste également un immense échec : une occasion à jamais manquée de laisser les peuples décider de leur destin.
Je ne retournerai pas à Berlin : pas envie de voir Kreuzberg envahi par les marchands du Temple..."

La grande info qui émane de ces témoignages finalement, c'est que le 9 novembre 1989, tout était calme. Il ne s'est rien passé. Et il se peut que le souvenir que vous avez du 9 novembre soit en réalité celui du 10 novembre. Mais comme le disait le Baron, l'important, c'est de participer. C'est bien ce qu'illustrent ces deux jolies anecdotes rapportées par drogo6 : "Deux Berlinois (Peter et Friedrich) qui habitent maintenant à Mougins m'ont offert leur témoignage :
- Peter dormait après sa journée de travail jusqu'à ce qu'il soit réveillé par des klaxons déchaînés. Il a cru qu'il y avait eu un match de foot et s'est rendormi !
- Friedrich a entendu la nouvelle à la radio, a cru à un gag et a éteint le poste !"


Enfin, il y a les gens célèbres.

Jean-François Kahn, ancien directeur de l'hebdomadaire Marianne, raconte : "J'étais directeur d'un journal qui s'appelait « L'évènement du jeudi », et donc je ne faisais que mon boulot, j'étais à mon bureau, je réceptionnais les infos et je traitais l'évènement. Ce n'avait pas été une surprise totale si je me souviens bien, ça faisait deux-trois jours qu'on s'en doutait qu'il allait y avoir quelque chose. Mais d'ailleurs, on se rend compte à quel point l'idéologie change le regard. Avant c'était Berlin Ouest qui était le côté « formidable », et Berlin Est c'était stalinien, sinistre. Après la chute du mur, Berlin Est et Berlin Ouest sont restés les mêmes, mais quel est le nouvel endroit à la mode ? Berlin Est ! C'est quand même fou."

Et si vous voulez savoir ce que faisaient Dominique Voynet, Daniel Cohn-Bendit, Manuel Valls et François Bayrou, cliquez .


Et vous, vous faisiez quoi le 9 novembre 1989 ?

Les témoignages ont pour la plupart été publiés avec l'accord des personnes citées. Pour les autres, ils émanent de forums publics :
- libelyon.fr
-
nicematin.com

2 commentaires:

encuisinectout a dit…

Le 9 novembre 1989, j'avais 12 ans..... mais je m'en souviens: http://encuisinectout.over-blog.com/article-9-novembre-1989-mon-mur-de-berlin-39036527.html

Angelina a dit…

Merci pour cet émouvant témoignage.

Une erreur est survenue dans ce gadget