vendredi 21 janvier 2011

La régente de Carthage ou le livre de l'absolution

Phénoménal ce qui est en train de se passer dans le destin d'un livre écrit en octobre 2009... par deux journalistes de Bakchich. Alors que la rédaction de Bakchich soutenait son dessinateur Khalid Gueddar inquiété par les autorités marocaines pour une caricature sur le frère du roi, sortait un livre intitulé La Régente de Carthage, écrit par Nicolas Beau, directeur de la publication et Catherine Graciet, journaliste à l'international. [Cliquez ici pour en savoir plus.]

Tout récemment, à la faveur de la révolution tunisienne, les journalistes français se sont unanimement souvenus de ce livre et, à présent, n'omettent plus d'en parler, voire d'en reparler, et s'arrachent les commentaires de nos deux auteurs.

C'est ainsi que le site du magazine Challenge semble (re)découvrir le livre [cliquez ici pour lire l'article], que Nicolas Beau a été interviewé par Le Figaro [cliquez là pour lire l'interview], que Catherine Graciet a été interviewée par Le Point [cliquez ici pour lire l'interview] et que le titre du livre a été cité à plusieurs reprises dans les émissions matinales de France-Inter. Mais bien peu par contre sont ceux qui ont l'élégance de se souvenir que Nicolas Beau et Catherine Graciet sont journalistes à Bakchich, à la différence des Inrocks qui n'ont pas omis de le souligner [cliquez ici pour lire l'interview].

A la télé c'est pareil. Catherine et Nicolas trustent les plateaux et auront même les honneurs de l'émission On n'est pas couché de Ruquier qui jusque là avait rarement daigné mettre en avant les dessins de presse publiés sur le site d'info comme elle le fait pour les autres médias.

En Tunisie, depuis la semaine dernière, la censure enfin débridée, le livre de Nicolas Beau et Catherine Graciet se retrouve en bonne place sur les tables et dans les vitrines des libraires. Interdit depuis sa sortie dans un pays où la seule évocation du nom de Nicolas Beau pouvait vous faire avoir des ennuis, dont les ressortissants hésitaient même à acheter le livre à Bordeaux par peur des représailles, La Régente de Carthage se diffuse même sur Facebook et semble vivre sa deuxième vie.

En tout cas, il est certain que dans la remise en cause générale des médias français, jugés trop souvent frileux dans leur traitement du régime tunisien, le site Bakchich.info fait tache, lui qui n'a jamais démordu de la mission qu'il s'est assignée : enquêter, dénoncer qui que ce soit mérite de l'être, en plus bien sûr de filouter et rigoler quand la situation le permet. Le régime de Ben Ali, qui en a pris pour son grade sur le site de Bakchich.info, peut en témoigner.


in: Bulle d'information

1 commentaire:

bertfromsang a dit…

on a même fini, enfin, par parler de ce qui se passe dans le sahara occidental, où certains ont tenté de s'immoler... et si l'on demandait à vanessa paradis et à tous les autres de boycotter le maroc... chiche !

Une erreur est survenue dans ce gadget